Sur que notre siècle ou plutôt notre culture ne nous invite pas à nous poser la question, à l’inverse nous impose presque une façon de penser, un ordre des choses, une normalité, si bien que ce qui va suivre en bousculera plus d’un (si bien sur ils ont l’obligeance de donner un peu de crédit à ce que j’écris ^^).

              Nous vivons une merveilleuse époque, certes, comme il y a 50 ans et comme il y a 100 ans ou encore 1000 ans, la vie est, a toujours été, et sera toujours aussi belle qu’elle ne l’est maintenant. Ça c’était pour la note optimiste mais aussi est surtout pour rester réaliste et ne pas blâmer une époque alors que le problème est ailleurs. L’homme excusez du peu se croit au centre de tout, eh oui, le géocentrisme est loin d’avoir disparue au 16e siècle. Il se pense au centre de la chaîne alimentaire, au centre des préoccupations, se pense le plus intelligent le plus évolué et enfin il se pense le seul pensant.


La_nouvelle_cha_ne_alimentaire

         Comment laisser de la place aux autres ? Voilà la fameuse question que beaucoup refuse de se poser par peur que celle-ci bouleverse un peu trop leur vie. Prenons l’exemple des animaux que certain ne prenne même pas la peine d’appeler de la sorte, mais plutôt de la façon suivante : viande, bidoche, barbak … la pensée occidental d’après moi omet totalement l’éventualité que l’animal puisse avoir autre chose qu’un simple instinct. Et de cause a effet sans scrupule transforme des êtres VIVANTS en objet de consommation au même titre qu’un vulgaire bout de camembert. Le paradoxe étant amusant je me délecte de le formuler sous vos yeux agar : et si lorsque nous donnions de la viande a manger a nos enfant en même temps de la leur servir dans leur assiette nous leur annoncions qu’il sagit en réalité de la cuisse d’air Bud ou même celle de croc blanc ou bien belle mais aussi d’un petit bout de Flipper, et Willy qui n’a finalement pas été sauvé, tiens reprend donc un bout de mon ami Joe… voila le paradoxe. On gave nos enfant de viande mais aussi de film racontant de formidable histoire d’amitié entre un homme et un animal, ouf, rassuré les, ce n’est que de la fiction.

mangez_willy

           Oh mais attendez, quel idiot je suis, mais bien sur ce discoure ne sert a rien, eh oui l’homme est un chasseur, son instinct animal le pousse à se nourrir de viande, c’est le court normal des choses, pourquoi aller contre la nature, oh pardon, il me semblait a moi que l’homme n’était pas un animal et qu’il en tirait justement une certaine supériorité. L’homme n’est il pas capable de choisir son alimentation ? De changer sa façon de vivre ? Peut être pas, l’homme est peut être un animal et comme l’oiseau qui ne peux et n’accepte de manger que des graines, l’homme ne peux s’empêcher de manger de la viande.

Mais alors, ne pas manger d’animal c’est bien beau, mais que mettre dans nos assiettes ? Sans réfléchir, en utilisant le cliché le plus affligeant vous me répondrait, une feuille de salade et une demi-tomate ! eh oui, nous végétarien nous sommes malheureux, nous nous infligeons un régime sévère, et nous avons mauvaise mine. Bon, bien sur nous ne souffrons pas d’un cholestérol trop élevé, ni d’hypertension, ni d’accidents vasculaires et cérébraux, ni d’artériosclérose, pas non plus d’un surplus de protéine, qui provoque des douleurs aux reins. Nous ne sommes pas victimes de calculs rénaux, ou biliaires ni de l’ostéoporose, ni du diabète, ou encore d’obésité, ni de maladies cardiaque et nous évitons les cancers du sein et du côlon. Bien sur un végétarien ne se nourrit pas que de feuille de salades et de tomates, car les céréales, les légumineuses et les légumes frais apportent tout autant que la viande les nutriments essentiels a une bonne alimentation.

Mais tout cas n’est que science, sans vouloir ne manipuler personne sachez qu'un discoure diamétralement opposé existe sans aucun doute, et qu’il va de soit qu’il existe aussi des végétarien en mauvaise santé, comme il existe des carnivore en bonne santé.

Allez ne partons pas fâché, mangez bio, et votez vert ^^ !

Et continuez la réflexion sur cette page fort intéressante !

http://www.dietobio.com/dossiers/fr/vegetarisme/index.html